Produits phytosanitaires et leurs emballages.

De quoi parle-t-on ?

Les produits phytosanitaires sont majoritairement utilisés par les exploitants agricoles, mais également par les collectivités publiques, les particuliers, les négociants et les coopératives agricoles.
Ils sont à l’origine de deux catégories de déchets :

Le flux de PPNU varie de 15 à 150 Kg/an/hab selon la région concernée et le type d’agriculture pratiqué (Source : ADEME). Il représente environ 8 000 t/an au niveau national (plus de 500 substances dangereuses différentes), dont 1700 t sont collectés(chiffres 2003).

Les EVPP sont classés en quatre catégories :

Les EVPP ne doivent en aucun cas être abandonnés, jetés avec les ordures ménagères, rejetés dans le milieu naturel, les réseaux d’assainissement ou bien encore enfouis ou brûlés (sauf en installations spécifiquement adaptées avec traitement de fumées).

Ils doivent être stockés à l’abri de la pluie, en attendant leur collecte.

Collecte :
A l’initiative des industriels de la protection des plantes, des distributeurs et de la profession agricole, la société ADIVALOR a mis en place une filière de gestion des déchets phytosanitaires professionnels basée sur le principe de « partage des responsabilités » :

Voies d’élimination :
Pour les PPNU

La filière de traitement des EVPP est l’incinération.

A surveiller :  Les PPNU doivent être stockés de la même manière que les produits neufs : stockage dans un local fermé, aéré ou ventilé, à sol cimenté, avec un bac de rétention, les produits dans leur emballages d’origine.
Les eaux de rinçage des EVPP ne doivent en aucun cas être rejetées dans les réseaux d’assainissement, les fossés, les mares ou tout autre milieu naturel.
                        Vérifier que le collecteur de déchet dispose d’un récépissé de déclaration d’activité de collecte de déchets dangereux, délivré par la préfecture (pour tout enlèvement de plus de 100 kg),
                        Suivre, pour chaque expédition, le Bordereau de Suivi des déchets Dangereux (BSDD) réglementaire,
                        Vérifier que l’unité de réception des déchets dispose d’un arrêté préfectoral d’autorisation d’exploitation, et que celui-ci correspond aux déchets envoyés (demander la copie des premières pages de l’arrêté à l’exploitant)

Pour mieux faire : Préférer, à efficacité équivalente, les produits phytosanitaires les moins dangereux.
Adapter les quantités utilisées aux besoins réels.
Régler et entretenir régulièrement les appareils de traitement.
Récupérer les eaux de rinçage afin d’éviter tout risque de pollution.

 

Réglementation : Réglementation générale en matière de déchets dangereux.

En savoir plus :
Dossiers ADEME :    « Produits phytosanitaires non utilisés (PPNU) »
                                  Emballages Vides de Produits phytosanitaires
Données générales sur les déchets - site ADEME : Déchets. De l'essentiel...à l'approche détaillée

Lien utile : ADIVALOR : www.adivalor.fr

Sommaire